BIM

Autour d'une maquette numérique 3D partagée sur une plateforme commune, tous les acteurs d'un projet de construction peuvent collaborer. L'objectif est simple : améliorer la qualité des constructions tout en réduisant les coûts de construction et d'exploitation. D’après La Tribune, le BIM (Building Information Modeling - Modélisation des données du bâtiment), constitue un nouveau "Big Bang" pour la construction. Les maîtres d'ouvrage, les gestionnaires de patrimoine, les architectes, les économistes de la construction, les bureaux d'études, les industriels de la construction, les entreprises générales de mise en œuvre, les sous-traitants et les artisans peuvent désormais travailler ensemble grâce à une maquette numérique en 3D, partagée sur une plateforme collaborative, qui permet de suivre toutes les phases de la vie d'un bâtiment, de la conception à l'exploitation et la maintenance. Le BIM permet de réduire le gaspillage dû à la non-qualité des ouvrages, estimée à 15-20 milliards d’euros par an en France, tout en réduisant les délais de livraison et les coûts de construction et de maintenance. Malgré un coût et un effort de conception plus importants, "Le numérique pourrait aider à construire mieux, plus vite et moins cher" d’après Bertrand Delcambre, ambassadeur du numérique dans le bâtiment, auteur du rapport de la Mission numérique bâtiment et président du Plan de transition numérique dans le bâtiment (PTNB).

Angers Loire habitat utilise cette méthode pour plusieurs de ses projets qu'ils soient en construction neuve ou en réhabilitation : Hélios à Beaucouzé, la Baronnerie à Saint Sylvain d'Anjou ou encore Dumont D'Urville à Angers...

 

Quoi de neuf ?